L’impardonnable, l’inoubliable

L’impardonnable est inoubliable, on ne pourra jamais le supprimer, le réparer ni le compenser

Il est inexplicable, injustifiable, insupportable, et même parfois indescriptible. 

Alain Resnais donne à son film de 1963 le titre Muriel. Muriel n’est pas un personnage du film, c’est le nom fictif d’une personne torturée, assassinée pendant la guerre d’Algérie. Bernard, jeune soldat français qui a été complice de ce meurtre, ne peut pas l’oublier. Il s’en rappelle sans cesse, la rattache à d’autres images banales qu’il a filmées sur place, nomme son amour (imaginaire) du moment du nom de Muriel, comme s’il ne pouvait plus, désormais, avoir d’autres objets d’amour.

Vues : 1